Aller vers : Vos poemes

Rainer Maria RILKE (1875-1926)

Recueil : Les quatrains valaisans


Petite cascade

Nymphe, se revêtant toujours
de ce qui la dénude,
que ton corps s'exalte pour
l'onde ronde et rude.

Sans repos tu changes d'habit,
même de chevelure ;
derrière tant de fuite, ta vie
reste présence pure.